• slidebg1
    Chirurgie de l’obésité
    Le docteur Richard Abittan est chirurgien digestif endocrinien et vasculaire spécialisé en chirurgie de l’obésité.
  • slidebg1
    Chirurgie Orthopédique
    Le Dr David Cohen est spécialiste en Traumatologie Orthopédique. Il exerce son art en pratique privée à Casablanca au Maroc.
  • slidebg1
    Soins et médecine dentaire
    Le docteur Rachid Bakal est spécialiste en chirurgie avancée de l'implantologie orale
  • slidebg1
    Chirurgie esthetique
    Médecin conseil de Clinicaccess et prendra en charge toute les intervention de chirurgie esthetique liées au visage et au cou
  • slidebg1
    Chirurgien Vasculaire
    Le dr Lasry est chirurgien vasculaire et spécialiste des maladies veineuses
  • slidebg1
    DIRECTEUR ET EMBRYOLOGUE
    Le directeur Enrique Criado du centre de reproduction in vitro FIV Marbella

Chirurgie de l’obésité et nutrition : Eviter la reprise de poids, Oui mais comment? (1/2)

L’obésité, ce mal planétaire, se définit comme étant une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle, chose qui représente un risque pour la santé.
Le seul traitement efficace à long terme est la bariatrique. Cette intervention chirurgicale connaît un fort engouement pour lutter contre l’obésité en passant par une action mécanique, mais aussi parfois métabolique.
Une perte de poids rapide est enregistrée les premiers mois chez la plupart des patients. Toutefois, il faut noter que les affections associées à l’obésité régressent ou s’améliorent, et donc, les nouvelles habitudes alimentaires doivent être prises à vie. ClinicAccess vous éclaire sur les programmes de nutrition pré et post opératoire pour que tout se passe bien

Quand les complications apparaissent.
En effet, après avoir subi l’intervention chirurgicale qui entraîne une modification importante de la physiologie digestive, il n’est recommandé de retrouver une alimentation solide que progressivement en vue d’éviter les vomissements ou les douleurs abdominales. Un comportement alimentaire non adapté peut facilement provoquer d’autres complications non fonctionnelles : 
-
La déshydratation : Elle peut être la conséquence des pertes hydriques (diarrhées, vomissements …). Le patient opéré doit boire un minimum de deux litres d’eau par jour afin de compenser la quantité hydrique contenue dans les aliments.
- Dumping syndrome : c’est un syndrome où les aliments ingérés quittent l'estomac trop rapidement et entrent en grande partie dans le petit intestin sans être digérés. Il peut être causé essentiellement par la qualité et le rythme alimentaires. Pour diminuer les symptômes qui disparaissent généralement après dix-huit mois, il est conseillé de suivre une alimentation pauvre en sucres simples (saccharose, fructose : jus de fruits, sorbets, boissons sucrées …).
- Reflux gastro-œsophagien : désigne la remontée d’une partie du contenu de l’estomac dans l’œsophage (le conduit reliant la bouche à l’estomac). L’estomac produit des substances très acides (les sucs gastriques) qui aident à la digestion des aliments. Pour que cet inconvénient soit amélioré, le patient devrait éviter de se coucher juste après les repas.
- Reprise pondérale : Une reprise de poids après chirurgie bariatrique est très fréquente à long terme. Elle peut être liée à des complications mécaniques, des erreurs alimentaires (grignotage régulier), ou à une trop faible activité physique. Le patient doit être préalablement informé de l’influence de son comportement sur la réussite opératoire. Il lui est conseillé de s’auto-observer et de demander de l’aide lors d’une reprise pondérale.

Dans le but de prévenir ou réduire les désagréments cités ci-dessus, une information et une éducation du patient candidat sont fondamentales. Il est amené à comprendre les changements qu’il devra effectuer dans son quotidien. Il faut rappeler que l’opération ne se réduit pas un simple geste opératoire il s’agit d’une démarche impliquant des modifications importantes sur les habitudes alimentaires, la quantité et la qualité des aliments ; cela à vie. 


Bien se préparer à l'intervention.
Savoir quelle alimentation suivre avant l’intervention chirurgicale est essentiel pour son succès. En effet, il faut savoir quoi manger avant l’intervention pour réduire au maximum les risques de complications pouvant survenir pendant l’opération. A titre d’exemple, les patients fumeurs seront amenés à arrêter avant l’opération. Il existe plusieurs options d’alimentation, mais une recommandation alimentaire courante vise à aider le foie à rétrécir, chose qui facilite l’intervention. Si le foie est trop grand, des risques de saignement ou de déchirure sont courus.
En suivant un régime alimentaire spécifique et strict, le corps réduit ses réserves en glycogène (une forme de sucre stocké dans le foie et les muscles pour fournir de l'énergie au corps). Pour 30 grammes de glycogène, le corps stocke 80 à 120 g d'eau, alors quand une alimentation très stricte est adoptée, surtout si elle est pauvre en féculents et en sucre, le corps réduit ses réserves de glycogène et perd de l'eau. Le foie se rétrécit puisqu'il possède moins de glycogène et d'eau à l'intérieur.
Environ 2 semaines avant la chirurgie, le patient a besoin de commencer à suivre une alimentation spéciale, pauvre en matières grasses et en glucides. Il est important de suivre ce régime alimentaire.

Voici un exemple de programme alimentaire recommandé aux patients avant l’opération bariatrique :
• Petit-déjeuner : une portion de 2 aliments à choisir parmi les suivants : toast, oeufs, flocons d'avoine, fruits, céréales,
• Déjeuner : une portion de complément protéiné (apportant environ 20 à 25 grammes de protéine par portion) à mélanger avec du lait écrémé, de l'eau ou du jus de fruit 100% naturel sans sucre ajouté,
• Dîner : une portion de viande maigre (consommer la partie sans graisse ni peau du porc, du boeuf, du poulet ou du poisson) + une portion de légumes verts (laitue, brocoli, etc.),
• Dessert : une portion de poudre protéinée mélangée avec du lait écrémé, de l'eau ou du jus de fruit 100% naturel sans sucre. Vous pouvez remplacer ce mélange par une boisson hyperprotéinée qui soit pauvre en glucides.

La prochaine fois, nous verrons la nécessité d'un protocole alimentaire post operatoire pour que l'intervention soit un succes
Retour
Haut de page