• slidebg1
    Chirurgie de l’obésité
    Le docteur Richard Abittan est chirurgien digestif endocrinien et vasculaire spécialisé en chirurgie de l’obésité.
  • slidebg1
    Chirurgie Orthopédique
    Le Dr David Cohen est spécialiste en Traumatologie Orthopédique. Il exerce son art en pratique privée à Casablanca au Maroc.
  • slidebg1
    Soins et médecine dentaire
    Le docteur Rachid Bakal est spécialiste en chirurgie avancée de l'implantologie orale
  • slidebg1
    Chirurgie esthetique
    Médecin conseil de Clinicaccess et prendra en charge toute les intervention de chirurgie esthetique liées au visage et au cou
  • slidebg1
    Chirurgien Vasculaire
    Le dr Lasry est chirurgien vasculaire et spécialiste des maladies veineuses
  • slidebg1
    DIRECTEUR ET EMBRYOLOGUE
    Le directeur Enrique Criado du centre de reproduction in vitro FIV Marbella

Comment gérer les douleurs de l’arthrose

Parviendra-t-on un jour à cultiver du cartilage et ainsi régénérer les articulations de la hanche et du genou rendues douloureuses par l’arthrose? Hélas, on n’en est pas encore là! L’arthrose, maladie dégénérative du cartilage, cette fine couche de 1 à 2 millimètres qui recouvre les surfaces des articulations et assure leur bon fonctionnement, résulte d’un processus évolutif qu’il n’est pas possible d’arrêter. «En raison de l’allongement de la durée de vie, de plus en plus de patients souffrent de douleurs liées à l’usure des articulations», affirme le Dr Mathieu Hofer. Difficile aussi, voire impossible, de la prévenir.

«D’origine multifactorielle, la maladie se traduit par une usure progressive des articulations, entraînant petit à petit une perte d’autonomie. On ne peut pas prédire à quelle vitesse elle va évoluer; on ne peut que tenter de freiner son évolution», expliquent les Dr Mathieu Hofer et Alec Cikes, tous deux spécialistes en chirurgie orthopédique et traumatologie. Les premières douleurs de hanche ou de genou évoluent-elles forcément vers la pose d’une prothèse? Réponse des deux médecins lors de la prochaine conférence médicale organisée par 24 heures et le Groupe Hirslanden*.

«Il faut distinguer l’arthrose des problèmes touchant l’environnement de l’articulation, soit les muscles et les tendons.»

C’est le plus souvent la douleur qui amène le patient à consulter. «L’examen clinique associé à des radiographies permet, dans la majorité des cas, la pose du diagnostic. Il faut distinguer l’arthrose des problèmes touchant l’environnement de l’articulation, soit les muscles et les tendons», explique le Dr Hofer. «Même si le cartilage n’est pas visible sur une radiographie, cette dernière permet, par l’image donnée, d’avoir une idée assez précise de son état. Dans certains cas, une IRM s’impose pour affiner le diagnostic.» Médicaments anti-inflammatoires, compléments alimentaires et physiothérapie constituent les premiers outils thérapeutiques. Dans les cas d’usure débutante, différents types d’injections (cortisone, plasma sanguin riche en plaquettes) peuvent s’avérer efficaces. «Il ne faut surtout pas préconiser la pose d’une prothèse d’emblée», indique le Dr Hofer. «Celle-ci s’effectue en dernier recours, en cas d’échec des autres approches thérapeutiques».

Les prothèses de genou et de hanche ont une durée de vie de quinze à vingt ans. L’opération permet aux patients de retrouver une articulation non douloureuse. Près de 39 000 prothèses de la hanche et du genou sont posées chaque année en Suisse (statistique 2012).

Source:http://www.24heures.ch/savoirs/sante/gerer-douleurs-arthrose/story/14769933

Retour
Haut de page