• slidebg1
    Chirurgie de l’obésité
    Le docteur Richard Abittan est chirurgien digestif endocrinien et vasculaire spécialisé en chirurgie de l’obésité.
  • slidebg1
    Chirurgie Orthopédique
    Le Dr David Cohen est spécialiste en Traumatologie Orthopédique. Il exerce son art en pratique privée à Casablanca au Maroc.
  • slidebg1
    Soins et médecine dentaire
    Le docteur Rachid Bakal est spécialiste en chirurgie avancée de l'implantologie orale
  • slidebg1
    Chirurgie esthetique
    Médecin conseil de Clinicaccess et prendra en charge toute les intervention de chirurgie esthetique liées au visage et au cou
  • slidebg1
    Chirurgien Vasculaire
    Le dr Lasry est chirurgien vasculaire et spécialiste des maladies veineuses
  • slidebg1
    DIRECTEUR ET EMBRYOLOGUE
    Le directeur Enrique Criado du centre de reproduction in vitro FIV Marbella

Éric Cayer carbure aux «challenges»

MÉTAMORPHOSE . La course fait partie de la transformation d'Éric Cayer. Cet homme de Montebello est passé de 440 livres à moins de 200 en seulement deux ans.

Autres Nouvelles
Orlando: Les événements mettent en lumière le chemin encore à parcourir
Un suspect considéré armé et dangereux toujours en liberté
Annie Brocoli, Salmigondis et les préférés des enfants au FMG
Une émission d'environnement à saveur locale
Gatineau aura son premier comité d'Habitat pour l’Humanité
Le temps frais fera place au soleil
La Ferme Moore, c'est chez vous aussi
Avis préventif de faire bouillir l'eau dans le secteur Limbour

Ayant toujours besoin de «challenges» pour se surpasser, il s'est inscrit au demi-marathon de Montréal le 25 septembre prochain.

Il y a quelques années, il était loin de se douter qu'il réussirait à courir. «Je croyais que j'étais en forme, mais je ne l'étais pas, raconte-t-il. J'avais de la difficulté à me lever le matin, à monter des marches et à attacher mes souliers. Je devais reprendre mon souffle pour attacher le deuxième.»

M. Cayer a commencé à être obèse à l'âge de 7 ou 8 ans. À trente ans, il prenait dix à douze pilules par jour pour le diabète, le cholestérol, la pression, l'apnée du sommeil et pour éclaircir le sang. De plus, ayant vécu un accident de travail lui causant un souffrant problème de dos, il a décidé de se faire opérer pour réduire son estomac.

Depuis sa chirurgie bariatrique qu'il a vécue, il y a deux ans, il fait constamment attention à son alimentation et s'est mis à la course. «Le médecin m'avait suggéré de marcher chaque jour.» M. Cayer a suivi ce conseil à la lettre marchant une heure le matin, l'après-midi et le soir. Résultat : en trois mois, il perdait 100 livres et ses jambes s'étaient endurcies. Il commençait alors l'entraînement physique pour ne pas avoir de tablier et de peau molle sous les bras.

Il s'est lassé rapidement de ses promenades trouvant qu'il manquait de «challenge.» Il a alors commencé à courir «un poteau d'Hydro», et puis deux et puis trois. «Je me demandais bien comment quelqu'un pouvait courir un km sans arrêter», partage-t-il.

Quelques mois plus tard, il y parvenait. Aujourd'hui, M. Cayer n'a plus de problème à lacer ses souliers et se sent vraiment bien dans sa peau. Il court maintenant 11 km sans arrêt. Il a aussi réussi à ne pas avoir de tablier et de peau molle sous les bras.

La course l'a certes aidé, mais la volonté est à la base de tous ses changements, souligne-t-il. «Parfois, des gens veulent que je les aide. Je peux leur donner des conseils, mais je ne peux pas le faire à leur place.»,


Selon lui, l'alimentation, l'activité physique et le sommeil sont les choses à changer pour vivre une transformation comme la sienne. Les encouragements de son entourage l'ont aussi aidé à maintenir le cap sur ses nouvelles habitudes de vie.

Pour lui, il est d'ailleurs impossible de revenir en arrière où il ne pouvait s'asseoir dans aucune banquette de restaurant. Il avoue que parfois il mange des cochonneries, mais qu'il court après pour les éliminer de son corps. Il a aussi cessé l'alcool depuis trois mois et ne mange plus de friture. «Ça ne me tente plus. Même que lorsque j'arrive dans un restaurant et que ça sent trop la friture, ça me dégoûte.»

Il soupe toutefois parfois au restaurant où il mange un dessert. Par contre, à la maison, on n'en retrouve aucun et il a appris à se faire à manger et à peser ses aliments. Par exemple, lorsqu'il mange de la pizza, il utilise un pain pita et calcule ses portions de légumes et de fromage.

Il met en garde les gens par rapport à la balance. Pendant la première année de sa métamorphose, il se pesait une fois par mois. Par la suite, une fois par semaine. «Ça ne donne rien de se peser plusieurs fois dans la journée, car c'est normal que ça change.»

Sa nouvelle vie lui procure beaucoup de plaisir et un sentiment de bien-être. Par exemple, il peut maintenant acheter ses vêtements dans la plupart des magasins et à un prix moindre que les boutiques spécialisées. De plus, il voit naître en lui une assurance qu'il n'avait pas avant. Bref, une estime de soi. «Avant je n'osais pas regarder les gens dans les yeux, j'évitais le regard des autres. Aujourd'hui, je peux le faire.»

Source: http://www.info07.com/Actualites/2016-06-13/article-4557995/Eric-Cayer-carbure-aux-%26laquo%3Bchallenges%26raquo%3B/1

Retour
Haut de page