• slidebg1
    Chirurgie de l’obésité
    Le docteur Richard Abittan est chirurgien digestif endocrinien et vasculaire spécialisé en chirurgie de l’obésité.
  • slidebg1
    Chirurgie Orthopédique
    Le Dr David Cohen est spécialiste en Traumatologie Orthopédique. Il exerce son art en pratique privée à Casablanca au Maroc.
  • slidebg1
    Soins et médecine dentaire
    Le docteur Rachid Bakal est spécialiste en chirurgie avancée de l'implantologie orale
  • slidebg1
    Chirurgie esthetique
    Médecin conseil de Clinicaccess et prendra en charge toute les intervention de chirurgie esthetique liées au visage et au cou
  • slidebg1
    Chirurgien Vasculaire
    Le dr Lasry est chirurgien vasculaire et spécialiste des maladies veineuses
  • slidebg1
    DIRECTEUR ET EMBRYOLOGUE
    Le directeur Enrique Criado du centre de reproduction in vitro FIV Marbella

OBÉSITÉ : LES PLUS DE LA CHIRURGIE

Dans le monde, 1,7 milliard de personnes souffrent de surpoids ou d'obésité. Les traitements chirurgicaux s'avèrent efficaces, avec dans la majorité des cas une perte moyenne de 61% de l'excès de poids, soit 45 kg, selon les résultats d'une étude récente**. Toutefois, les bénéfices ne seraient pas uniquement esthétiques. On enregistre également une amélioration des pathologies liées à l'obésité : diabète, hypertension artérielle, cholestérol, apnées du sommeil… Nous avons interrogé le Dr Jean-Pierre Anfroy*, chirurgien.

Quels sont les différents types de chirurgie de l'obésité ?
Dr Anfroy : On distingue deux types d'interventions. Les interventions restrictives, qui limitent la capacité de l'estomac (anneau gastrique et gastroplastie verticale calibrée) et les interventions malabsorptives, qui court-circuitent une partie de l'intestin proximal et diminuent donc l'absorption de l'alimentation (by pass, switch duodenal).

S'adressent-ils à des profils particuliers de patients ?
Dr Anfroy : Plus le patient est obèse et plus l'intervention doit être efficace. Ainsi, les personnes ayant un indice de masse corporelle (IMC) situé autour de 40, se voient proposer la pose d'un anneau gastrique. Avec un IMC compris entre 45 et 50, on propose soit l'anneau gastrique, soit la gastroplastie. Et enfin, au-delà de 55, on recourt à une intervention malabsorptive.

Source: http://www.e-sante.fr/obesite-plus-chirurgie/actualite/838

Retour
Haut de page